Archives pour la catégorie Moto taxi

circulation interfile en moto

Expérimentation de la circulation en inter-file en France en 2016

La circulation des véhicules à deux roues en inter-file a toujours été un point obscur du code de la route dans la loi française. Elle est tolérée, mais peut être pénalisée. En 2011, la Belgique l’autorise légalement, et depuis, les motards français ne cessent de demander une légalisation. Le 26 décembre 2015, le décret n°2015-1750 annonce la mise en place d’une « expérimentation inter-file des deux-roues motorisés », un premier pas vers l’acceptation légale de la pratique. D’abord limitée aux voies rapides de l’Île-de-France, du Rhône, des Bouches-du-Rhône et de la Gironde, cette expérimentation débutera le 1er Février 2016.

Que dit le code de la route actuel ?
Comme précisé ci-dessus, la circulation en inter-file est « tolérée » par la loi française, sur les voies rapides, mais en aucun cas « légalisée ». Si un policier vous voit doubler en inter-file, il peut choisir de vous laisser tranquille, ou alors il est possible qu’il vous pénalise, surtout s’il a jugé que votre conduite était dangereuse pour les autres conducteurs. Au niveau de la loi française, la conduite en inter-file entraîne trois infractions différentes. Vous pouvez être verbalisé pour un non-respect des distances de sécurité, pour un dépassement par la droite, et d’un oubli de clignotant. La première infraction tombe sous l’article L.121-3 dans le code de la route, c’est à dire que c’est le propriétaire du véhicule qui devra payer. Sans identification du conducteur, les deux autres infractions peuvent être annulées. Si vous souhaitez faire appel, sachez que les tribunaux peuvent annuler certaines amendes jugées excessives.
Que risquez-vous donc ? Pour un dépassement par la droite, l’amende est de 135€ et d’un retrait de 3 points, pour le non-respect des distances de sécurité, la sanction est la même, alors que l’oubli du clignotant coûte 35€ et 3 points. Dans certains cas, peut s’ajouter la pénalisation de changement de file non justifié, ce qui fait 75€, plus retrait de 3 points, voire de vitesse excessive (135€). Vous risquez donc de perdre 8 points sur votre permis (nombre maximal en une seule amende), et jusqu’à 500€ d’amende.

Expérimentation en 2016
Le décret autorise, sous certaines conditions, la circulation inter-file de certains véhicules tels que motos, scooters, et autres véhicules à trois roues, tant qu’ils ne dépassent par un mètre de large. Une circulation est considérée en « inter-file » lorsque le véhicule se situe entre deux des voitures situées sur les deux voies les plus éloignées de la chaussée. Il n’est cependant pas question de circuler pendant des kilomètres ! Cela est autorisé quand la circulation, à cause de sa densité, forme une ligne uniforme sur toutes les voies de circulation, et sous condition que vous ne dépassiez pas les 50 km/h.
Le décret légalise cette circulation sur les routes et les autoroutes dont la vitesse maximale est d’au moins 70km/h, contenant deux chaussées bien séparées par un terre-plein et chacune divisée au moins en deux voies. Au premier février, l’expérimentation prendra lieu dans les départements de la Gironde, du Rhône, des Bouches-du-Rhône et de la région Île-de-France, y compris le boulevard périphérique parisien.
Tout cela servira d’observation pour une pratique réalisée finalement dans toutes les grandes villes de France lors d’embouteillages, permettant aux motos et scooters de ne pas rester coincés entre deux files de voitures. Parfois stressante pour certains conducteurs, cette pratique se révèle en fait sûr, comme en témoignent les chiffres de mortalités des usagers deux-roues : ils sont très faibles sur le périphérique parisien, alors que cette conduite y est pratiquée depuis des années.
Dans le cadre de cette expérimentation, les règles régissant cette circulation inter-file seront intégrés aux cours de conduite des auto-écoles.

Quelle conséquence en cas d’accident entre automobiliste et motocycliste en interfile, qui est responsable?
Cette expérimentation prépare une loi qui est déjà en pratique dans bien des pays, comme la Belgique. Les conséquences de cette circulation inter-file sont plutôt positives et n’ont pas fait grimper le nombre d’accidents sur les routes. Le décret durera 4 années (prolongeable sur un an), et fera l’objet de nombreux rapports d’évaluation. Le ministère en charge de la sécurité routière a fixé les dates de commencement et de fin, mais peut également suspendre la pratique à tout moment.
En cas d’accident, le véhicule à deux roues est généralement considéré comme responsable. C’est une manœuvre similaire au dépassement, les véhicules ne sont pas obligés de faire de la place pour le motard, mais il est conseillé de le faire quand cela est possible. Il est important que le motard fasse connaître sa présence, notamment grâce à son clignotant. Les autres conducteurs doivent à tout moment connaître la présence des autres véhicules, il est donc important de regarder son rétroviseur avant toute manœuvre.

Réserver un taxi moto en urgence!!!

Le service de taxi moto s’adresse aux gens pressés ne souhaitant pas perdre de temps dans les bouchons parisiens. Pour autant, il est difficile, à ce jour, de trouver un taxi moto en urgence . Vous sortez en retard d’une réunion, votre train a du retard et vous avez rendez-vous à l’autre bout de Paris, trouver un taxi moto immédiatement est souvent mission impossible. Pourquoi ?

La réglementation du 1er Avril 2011

Depuis le 1er Avril 2011, l’activité de transport à moto est encadré par une nouvelle réglementation (art. 5 de la loi n°2009- 888 du 22 juillet 2009). Le transport de personnes à moto ne peut se faire que sur réservation préalable. A l’inverse des taxis, les chauffeurs de moto taxi ne sont pas autorisés à stationner aux abords des gares et aéroports sans réservation préalable et vous ne pouvez pas héler un chauffeur moto dans la rue.

Le nombre de chauffeur de moto taxi

Pour une demande urgente, il est préférable de contacter une centrale de réservation qui disposera d’une flotte de véhicules et des outils technologiques permettant de vous dire de suite si un chauffeur est disponible et sous combien de temps. Le service de taxi moto, apparu dans la capitale dans les années 2000, continue à se développer mais est composé, à ce jour, sur Paris d’environ 400 chauffeurs.  Ce nombre d’acteur est trop faible pour répondre à des demandes immédiates sur Paris, sa banlieue et ses aéroports. Sauf coup de chance, le chauffeur au bon endroit au bon moment, le délai moyen pour être pris en charge en moto taxi est d’environ 20 minutes. Ce délai pourra diminuer et approcher les dix minutes comme les taxis et VTC seulement si la demande est plus importante et qu’en conséquence le nombre de taxi moto devient plus important pour avoisiner les 2000 chauffeurs.

Pour les plus téméraires, prêts à tous pour arriver à l’heure, voici l’ultime solution (Enjoy!!!) :